Le sexe oral : les dangers

Le sexe oral : les dangers

Le sexe oral comprenant la fellation, l’anulingus et le cunnilingus est une pratique très répandue et très appréciée surtout par la gent masculine. Cependant, ces pratiques ne sont pas sans danger. Effectivement, elles peuvent favoriser la transmission de certaines infections sexuellement transmissibles. En voici quelques exemples.

L’herpès génital

Même s’il est plus répandu que l’herpès se contracte par contact génital via un rapport sexuel, il se transmet aussi par contact oro-génital. L’herpès type 1 et type 2 sont les plus courants. Le premier est situé au niveau de la bouche et le second touche les zones génitales. En cas de crise d’herpès, le risque de transmission du virus est donc très élevé durant la pratique du sexe oral surtout sans préservatif. Mais, en cas de contagion, un traitement antiviral est nécessaire pour éliminer les traces d’infections récurrentes.

La chlamydiose

Il s’agit d’une IST causée par la bactérie de la chlamydia. Cette dernière se transmet lors de l’échange de liquides biologiques que ce soit durant un rapport génital, le sexe oral ou anal. On remarque que cette bactérie est souvent signalée fréquemment chez les jeunes femmes entre 15 et 24 ans. Cette maladie affecte l’urètre, le rectum, le col de l’utérus, les yeux et la gorge. Même si la chlamydiose n’est pas aussi dangereuse que le VIH, elle entraîne de graves complications surtout si elle n’est pas prise en charge à temps. D’ailleurs, son traitement est simple et à base d’antibiotique. Toutefois, les deux partenaires doivent suivre le traitement en même temps pour prévenir la ré-infection.

Le papillomavirus humain

La présence de papillomavirus n’est pas visible évident sur la zone sexuelle. Cependant, certaines souches des 150 types de papillomavirus peuvent entraîner des condylomes qui se présentent sous forme de verrues au niveau de la partie génitale. Certains notamment les VPH 16 peuvent entraîner l’apparition de cancer du col de l’utérus. La pratique de la fellation et du cunnilingus peut transmettre le virus du papillomavirus humain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *